Le Hoodie, le pull qui met tout le monde d’accord

Quand on fait du télétravail, quand on sort du lit, qu’on veut faire une course, ou quand on va au sport, aucun pull n’est plus agréable et facile à porter qu’un hoodie. Mais d’où vient-il au juste ?

Confinement oblige, on sait que vous avez du temps devant vous. Donc mettez-vous à l’aise, servez-vous un café ou une tasse de thé, on vous raconte tout !

La riche histoire du Hoodie

L’étymologie du mot

À l’origine du terme « hoodie », on retrouve le mot anglais « hood », qui signifie « capuche » en français. C’est un dérivé du vieil anglais « hōd », qui a aussi donné le mot anglais « hat », ou « chapeau » en français. 

Des travailleurs new-yorkais aux sportifs 

L’histoire du hoodie débute dans les années 1930, à New-York. C’est la marque Champion qui crée le premier hoodie tel qu’on le connaît aujourd’hui, un sweatshirt en molleton doté d’une capuche pour protéger du froid ou de la pluie. Pour la pratique du sport selon vous ? Et bien non, raté. 

Les premiers modèles de hoodies étaient en réalité destinés aux ouvriers new-yorkais, qui avaient besoin d’un vêtement chaud et confortable pour pouvoir travailler dans les entrepôts frigorifiques ainsi qu’en extérieur en hiver, les températures pouvant descendre jusqu’à -20°C.

Fort de son succès auprès des travailleurs, la marque sent le bon filon et élargit son offre. Le hoodie rencontre alors un nouveau public : les sportifs. En effet, son inégalable confort convainc autant les équipes de sport universitaires que l’académie militaire des Etats-Unis, qui adoptent ce nouveau modèle de sweatshirt pour leurs entraînements. 

Le tournant des années 1970

Les années 1970 marquent un vrai tournant dans l’histoire du hoodie, autrefois réservé aux travailleurs ou aux sportifs. Au début de la décennie, le mouvement hip-hop naît dans le South Bronx à New-York. Les rappeurs, graffeurs, danseurs & co vont s’approprier ce vêtement, facile et agréable à porter, qui parle aux classes populaires. Le hoodie s’installe ainsi dans la rue. 

Un autre événement marquant va populariser le hoodie auprès du grand public : la sortie du film Rocky en 1976. Les scènes d’entraînement du personnage incarné par Sylvester Stallone entrent dans l’histoire du cinéma et apportent une large visibilité au hoodie. La symbolique est d’autant plus forte que Rocky s’entraîne à frapper de la viande dans un entrepôt frigorifique, là-même où les premiers hoodies étaient portés.  

Un vêtement qui parle à tous

Comme souvent, ce sont les jeunes qui sont directement influencés par Hollywood. Déjà omniprésent chez les équipes sportives universitaires, le hoodie dépasse le cadre du sport et devient un réel signe d’appartenance aux universités américaines, chacune ayant son propre sweatshirt à capuche. 

Durant les années 1990, le terme “hoodie” intègre même le langage courant. Adopté majoritairement par les jeunes, le hoodie plaît notamment aux skateurs et surfeurs californiens qui le popularisent encore plus sur la côte Ouest. 

L’image du hoodie change. Les grandes marques comme Ralph Lauren ou Tommy Hilfiger, qui le considéraient jusqu’alors trop associé au rap et aux ghettos, ne peuvent plus passer à côté de ce phénomène : le hoodie est un vêtement qui parle désormais à tous.

Comment avons-nous revisité ce classique ?

Il était donc grand temps que Paname Collections s’attaque à ce must-have. Pour vous garantir un maximum de confort, on a choisi un molleton 100% coton bio avec une teinture éco-responsable qui vient du Portugal (certification GOTS). L’intérieur est brossé, ce qui rend le hoodie encore plus doux et agréable au porter.

Le Hoodie Curtis est doté d’un zip pour que vous puissiez l’ouvrir si vous avez un peu trop chaud. De plus, le zip permet des looks plus travaillés si vous laissez deviner une chemise ou un henley par exemple en dessous (cf. article layering).

Laissez-vous séduire par le Hoodie Curtis, il ne vous décevra jamais !

Quentin G.